PROFDINFO.COM

Votre enseignant d'informatique en ligne

Section 1 - Introduction

Notions de serveur

Retour à la page du cours

L'évolution de la notion de serveur

Au début de l'ère informatique, un serveur était un ordinateur central très puissant auquel on accédait à partir de terminaux (ce qu'on appellerait aujourd'hui des clients minces - les terminaux de cette époque ne savaient rien faire à part se connecter à un serveur et relayer de l'information entre l'utilisateur et le serveur). À cette époque, le serveur était le coeur du réseau.

Dans les années 1980, alors que l'informatique personnelle fait de grands bonds en avant, les terminaux sont progressivement remplacés par des PCs. Ils continuent de se connecter en réseau et d'accéder à certains serveurs, mais ils sont capables de traitement par eux-mêmes. De plus, on peut dorénavant faire rouler plusieurs programmes simultanément sur une même machine. Du coup, le serveur n'est plus une machine en soi: il devient un programme. Sur un même ordinateur, on peut faire rouler plusieurs serveurs, chacun avec des fonctions bien définies.

De la même façon, le client n'est plus un terminal physique destiné à l'unique fonction de client, mais un programme - plusieurs clients peuvent alors être exécutés en même temps sur un même PC.

La notion de client-serveur est maintenant logicielle plutôt que matérielle et le temps du serveur en temps que machine hyper-puissante est révolu! Toutefois, on continue d'appeler "serveur" un ordinateur qui est dédié à l'exécution de logiciels serveurs quelconques.

Au milieu des années 1990, le tout évolue de nouveau: les serveurs commencent à se parler entre eux (on parle alors de délégation, comme dans l'architecture trois tiers - chaque serveur s'occupe d'une partie de tâche bien délimitée). Une machine serveur n'a dorénavant pas besoin d'être extrêmement puissante puisqu'elle ne s'occupera que de quelques tâches.

Vers les années 2000 on remarque un début de retour du balancier: les "clients minces" refont soudainement surface. Maintenant que la technologie a progressé suffisamment, il est très possible d'avoir une machine serveur qui exécute des applications graphiques complexes pour tout un ensemble de clients (on pense au protocole Terminal Server, entre autres). Certaines entreprises aiment bien l'idée d'un serveur unique qui fait le traitement pour tout le monde: moins de maintenance (puisque tout est centralisé), moins de chance de problèmes causés par les usagers, plus facile de restreindre ce que les usagers peuvent faire...

Avec la virtualisation, une autre tendance bien à la mode, on crée plusieurs ordinateurs virtuels sur une même machine, permettant non seulement de faire exécuter plusieurs serveurs à la fois mais en plus de nous assurer que chacun de ces serveurs fonctionne sur son propre système d'exploitation, comme s'il était tout seul sur un ordinateur. Évidemment, les machines nécessaires pour ce genre d'opérations doivent être plus puissantes, mais elles permettent de réduire considérablement le parc informatique.

Les serveurs Microsoft

Ce cours se concentrera sur les serveurs Microsoft, particulièrement sur Windows 2008 R2. Vous verrez les serveurs Linux dans le cours de systèmes d'exploitation 2.

Vers la fin des années 80, Microsoft et IBM étaient partenaires dans la création du système d'exploitation OS/2. En même temps, Microsoft continuait de développer ses versions de Windows (Windows 1, 2, 3, 3.1), basées sur MS-DOS. Le prochain "gros" système d'exploitation créé par Microsoft devait être OS/2 3.0.

Ce qui n'était pas prévu: Windows 3.1 a été tellement populaire que Microsoft a décidé que son prochain système d'exploitation ne serait pas une troisième version d'OS/2, mais une extension du modèle Windows, qui serait entièrement 32 bits et ne serait plus basé sur MS-DOS. Cette décision a créé des tensions entre Microsoft et IBM, qui décidèrent de laisser tomber leur alliance - IBM a continué seul à développer et maintenir OS/2.

Pour créer sa nouvelle version (nom de code Cairo), Microsoft a recruté Dave Cutler, un des créateurs du système d'exploitation VAX pour VMS (des grosses machines comparables à des mainframes). On voulait que ce nouvel OS puisse fonctionner sur différentes plateformes, avec différents processeurs et différentes composantes matérielles.

C'est en 1993 que sera mise sur le marché cet OS révolutionnaire: Windows NT 3.1. NT pour New Technology et 3.1 pour correspondre à Windows 3.1. NT 3.1 existe en deux saveurs: workstation (station de travail) et advanced server (serveur avancé).

Une légende existe quant au nom Windows NT, voulant que David Cutler ait voulu faire une blague en augmentant chaque lettre de VMS d'une position, obtenant WNT (un peu comme Arthur C. Clarke avait fait dans 2001: Odyssée de l'espace pour obtenir le nom de l'ordinateur (HAL-9000), en décrémentant chaque lettre d'IBM). Évidemment, cette légende reste une légende puisqu'elle n'a jamais été prouvée et que les gens impliqués ne l'ont jamais confirmée.

Windows NT évolua dans les années suivantes pour devenir NT 3.5 en 1994, NT 3.51 en 1995 et NT 4.0 en 1996. C'est avec cette dernière version que Windows NT devient finalement populaire, particulièrement en entreprise. Son interface est très semblable à celle de Windows 95, mais est entièrement 32 bits, supporte les architectures multi-processeurs et est la première version à implémenter HAL (pas 9000): Hardware Abstraction Layer, une couche entre le noyau et les composantes matérielles. Ceci jumelé à une meilleure gestion de la mémoire en fait un système d'exploitation beaucoup plus stable que Windows 95.

Windows NT 4.0 est livré avec IIS 2.0 (Internet Information Services, un serveur Web), Windows Explorer et la plupart des applications livrées avec Windows 95. Toutefois il ne supporte pas DirectX (ce qui en fait donc un bon OS pour les entreprises mais pas pour les gamers), ni USB.

Il n'y eut pas de nouvelles versions de Windows NT après 4.0. Pendant les années suivantes, Microsoft continua de faire évoluer la série Windows 9x, toujours basée sur DOS, pour créer Windows 98, puis Windows Me).

Éventuellement, on décida d'unifier les deux "branches" de Windows: celle de 9x (faite surtout pour les particuliers, les jeux et le multimédia) et celle de NT (pensée pour les entreprises) afin de créer Windows NT 5.0, qui allierait la stabilité de NT et les capabilités des deux branches, éliminant MS-DOS une bonne fois pour toute.

Cette version vit effectivement le jour mais fut baptisée Windows 2000. De nombreuses fonctionnalités distinguent Windows 2000 de Windows NT: un service d'annuaire (Active Directory), la prise en charge de plus grandes capacités de mémoire vive et de processeurs multiples, la prise en charge de protocoles modernes et de normes de sécurité, facilité à s'intégrer aux autres composants réseaux Windows (notamment Exchange).

Windows 2000 est livrée en plusieurs saveurs: Professionnal (pour les clients), Server, Advanced Server et Datacenter Server (sensé concurrencer les gros serveurs Unix). Elle fut améliorée par la suite grâce à de nombreux service packs.

Notons au passage qu'une version spéciale faite pour les particuliers avait commencé à être développée en 1999: Windows Neptune. Des retards dans le développement retardèrent le projet et Windows Me fut commercialisé à sa place. Toutefois Neptune servit de base au développement de Windows XP (aussi appelé NT 5.1), qui vit le jour en 2001.

C'est évidemment en 2003 qu'arriva la nouvelle évolution de Windows 2000: Windows Server 2003 (NT 5.2). Par rapport à Windows 2000, la version 2003 propose:

Question que cet historique soit complet, mentionnons Windows Vista (NT 6.0), lancé en 2007 comme successeur à Windows XP, avec un succès incertain...

En 2008, la prochaine avancée dans le monde des serveurs Windows voit le jour: Windows Server 2008. Win2008 est basé sur le noyau NT 6.0, comme Vista. Par rapport à Windows 2003, Windows 2008 propose entre autres:

Suivront les versions Home Server 2011 (une solution pour les petites entreprises ou les bureaux à la maison, permettant de partager des fichiers, de contrôler les clients à distance, d'automatiser et de centraliser les backups, surtout pour de petits réseaux), puis Windows Server 2012 et Windows Server 2012 R2, puis Windows server 2016 fraîchement disponible depuis avril 2016, conçu pour être le serveur des clients Windows 10

Retour à la page du cours